La prochaine fois, je vous chanterai : chansons interdites. BOUTINEAU Jacques, DE LA SALLE Aimée, MEYER Philipp, SOUYRI Guilhem

Chapitre

Titre: " A bas l'état policier "
Durée: 00:02:59   [00:00:00 > 00:02:59]
Genre: Extrait(s) de concerts
Langue(s): Français
" A bas l'état policier " (1968) est une chanson écrite et interprétée par Dominique Grange dans le contexte des contestations de mai 1968.
Paroles : Puisque la provocation Celle qu’on a pas dénoncée Ce fut de nous envoyer En réponse à nos questions Vos hommes bien lunettés Bien casqués, bien boucliés Bien grenadés, bien soldés Nous nous sommes mis à crier A bas l’Etat policier (ter) Parce que vous avez posté Dans les cafés, dans les gares Vos hommes aux allures bizarres Pour ficher, pour arrêter Les Krivine, les Joshua Au nom de je n’sais qu’elle loi Et beaucoup d’autres encore Nous avons crié plus fort A bas l’Etat policier (ter) Mais ce n’était pas assez Pour venir à bout de nous Dans les facs à la rentrée Vous frappez un nouveau coup Face aux barbouzes, aux sportifs Face à ce dispositif Nous crions assis par terre Des Beaux-Arts jusqu’à Nanterre A bas l’Etat policier (ter) Vous êtes reconnaissables Vous les flics du monde entier Les mêmes imperméables La même mentalité Mais nous sommes de Paris De Prague et de Mexico Et de Berlin à Tokyo Des millions à vous crier A bas l’Etat policier (ter)
Sujet: Chant et chanson
Topique: A bas l'état policier
Détail particulier: Dominique Grange
Mots-clés: chanson ; censure ; dominique grange ; 1968 ; police ; france ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1968
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Grange
Prénom: Dominique
Mots-clés: dominique grange ; chanteur ; compositeur ; france ; censure ; militant ; XXe siècle
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1940 -
Dominique Grange est une chanteuse, auteur-compositeur française, mariée avec Jacques Tardi, auteur de bandes dessinées. A l’occasion des évènements des années 1960 en France, elle délaisse la musique de variété pour des chansons à textes engagés.
Titre: Présentation
Durée: 00:10:14   [00:02:59 > 00:13:13]
Langue(s): Français
Philippe Meyer présente le contenu de l'intervention.
Titre: "Le général à vendre "
Durée: 00:05:53   [00:13:13 > 00:19:07]
Langue(s): Français
"Le général à vendre " (1954) est une chanson composée par Francis Blanche, alors interprétée par les Frères Jacques, cette chanson n'était diffusée à la radio qu'après dix heure du soir.
Paroles : De bon matin me suis levé c'était dimanch' A la cariole j'ai attelé la jument blanch' Pour m'en allé au marché dans le chef lieu du comté Parait qu'y avait des généraux à vendre Mais le soleil écrasait tant la route blanche La jument s'arrêtait si souvent sous les branches Que lorsque je fut rendus on n'm'avait pas attendu Et tous les généraux étaient vendus Pourtant là-bas tout au bout du champ de foire Par un coup d'chance il en restait encore un Il n'était pas couvert de gloire mais avec un peu d'ripolin Il pouvait faire encore très bien J'l'ai échangé contre un cageot de pommes pas mures Quatre choux fleurs et une tartine de confiture Tout ça pour un général c'était vraiment pas trop mal Et puis je l'ai chargé dans ma voiture A la maison on m'a fait des reproches amers Encore une fois parait que j'm'étais laissé faire Un général dans c't'état ça valait beaucoup moins qu'ça Mais puisque c'était fait tant pis pour moi Et puis les gosses ont eu peur de sa moustache Elle était rousse et ça les faisait pleurer On lui a coupé un coté mais l'chien c'est mis à aboyer Alors on à laissé l'autre moitié Y n'fichait rien pour pas salir son beau costume De temps en temps il épluchait quelques légumes Ou réparait l'escalier ou débouchait l'lavabo Mais il'n'savait même pas jouer du piano Pourtant certains soirs certains soirs d'été Le général s'assoyait sur la paille Et les yeux perdus dans l'immensité Il nous racontait ses batailles Il nous parlait des Dardanelles quand il n'était que colonel Et de la compagne d'orient quand il n'était que commandant L'épopée Napoléonienne Quand il n'était que capitaine Et puis la guerre de cent ans Quand il n'était que lieutenant Les croisades et pépin le bref Quand il n'était que sergent chef Et les éléphants d'Anibal Quand il n'était que caporal Les thermopyl's Léonidas Quand il n'était que deuxième classe Et ramses deux, la première guerre Quand sa mère était cantinière Et le général jusqu'au petit matin Déroulait le fil de son immense histoire Puis il s'endormait sur sa botte de foin Et nous sans parler nous rêvions de gloire Il est resté comme ça chez nous jusqu'à l'automne Sans travailler sans trouver la vie monotone Ça nous à même étonné d'apprendre par le curé Qu'il avait fait des jumeaux à la bonne Et puis voila qu'par un beau matin de décembre Il est entré sans même frapper dans ma chambre Il venait d'lire dans l'journal qu'on le nommait Maréchal Alors il nous quittait c'était fatal Je l'ai r'conduit en carriole jusqu'à la ville On m'a rendu mes choux fleurs et mes cageots Et sans émotion inutiles, sans pleurer sans se dire un mot On s'est quitté en vrai héros A la maison la vie à r'pris sans aventures Y a plus personne pour nous chiper les confitures Le général au bistrot avait planté un drapeau Pour la patrie j'ai payé la facture Je ne suis plus jamais retourné au marché Mais quelques fois dans le ciel de la nuit d'été On voit briller cinq étoiles et ça nous fait un peu mal Oh! n'achetez jamais de général
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Blanche
Prénom: Francis
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1921/1974
Francis Blanche est un auteur, acteur et humoriste français. Prolifique, avec Pierre Dac, il est à l’origine de plusieurs émissions de radios et de télévisions, il est également l’auteur de très nombreux poèmes et chansons, et il tourne dans un grand nombre de films dont « Les tontons flingueurs » et « Les barbouzes ».
Sujet: Chant et chanson
Topique: Le général à vendre
Détail particulier: Francis Blanche
Mots-clés: chanson ; censure ; général ; francis blanche ; france ; 1964 ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1954
Titre: " La butte rouge "
Durée: 00:07:26   [00:19:07 > 00:26:33]
Langue(s): Français
" La butte rouge " '1923) est une chanson composée par Gaston Montéhus, après la 1ere Guerre Mondiale, sur une musique de Georges Krier.
Paroles : Sur c’te butt’là y’avait pas d’gigolettes Pas de marlous ni de beaux muscadins. Ah ! C’était loin du Moulin d’la Galette, Et de Panam’ qu’est le roi des pat’lins. C’qu’elle en a bu du beau sang cette terre, Sang d’ouvriers et sang de paysans, Car les bandits qui sont cause des guerres N’en meurent jamais, on n’tue qu’les innocents ! La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin. Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin. Qui boira ce vin là, boira l’sang des copains. Sur c’te butt’là on n’y f’sait pas la noce Comme à Montmartr’ où l’champagne coul’ à flots; Mais les pauvr’s gars qu’avaient laissé des gosses Y f’saient entendre de terribles sanglots ! C’qu’elle en a bu des larmes cette terre, Larm’s d’ouvriers, larmes de paysans, Car les bandits qui sont cause des guerres Ne pleurent jamais, car ce sont des tyrans ! La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin. Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin. Qui boit de ce vin là, boit les larmes des copains Sur c’te butt’là, on y r’fait des vendanges, On y entend des cris et des chansons ; Filles et gars doucement y échangent Des mots d’amour qui donnent le frisson. Peuvent-ils songer, dans leurs folles étreintes, Qu’à cet endroit où s’échangent leurs baisers, J’ai entendu la nuit monter des plaintes Et j’y ai vu des gars au crâne brisé ! La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin. Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin. Mais moi j’y vois des croix portant l’nom des copains !
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Krier
Prénom: Georges
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1872/1946
Georges Krier est un compositeur français de comédies-bouffes, de vaudevilles et de chansons. Il a notemment été nommé président de la Société des Auteurs et Compositeurs de Musique (SACEM).
Sujet: Chant et chanson
Topique: La butte rouge
Détail particulier: Bien que « La butte rouge » (Gaston Montéhus) soit fréquemment associée à la Commune de Paris, il s’agit en réalité d’une chanson anti-guerre mentionnant la 1ere Guerre Mondiale.
Mots-clés: chanson ; musique ; france ; gaston montéhus ; censure ; guerre ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1923
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Montéhus
Prénom: Gaston
Mots-clés: musique ; chanson ; censure ; montéhus ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1884/1952
Gaston Montéhus est un chansonnier français. Né peu après la Commune de Paris, il est fortement engagé politiquement à gauche. C’est sa chanson « Gloire au 17ème », en référence à une évènement de 1907, qui le fera connaître du grand public.
Titre: " L'bon dieu dans la merde "
Durée: 00:04:33   [00:26:33 > 00:31:07]
Langue(s): Français
" L'bon dieu dans la merde " (1892) est une chanson anarchiste anonyme, particulièrement connu pour avoir été chantée par l'anarchiste Ravachol en montant sur l'échafaud en 1892.
Paroles : Né en nonante deux, nom de dieu ! Mon nom est père Duchesne Né en nonante deux, nom de dieu ! Mon nom est père Duchesne Marat fut un soyeux, nom de dieu ! A qui lui porte haine, sang dieu ! Je veux parler sans gêne, nom de dieu ! Je veux parler sans gêne. Coquins, filous, peureux, nom de dieu ! Vous m'appelez canaille Coquins, filous, peureux, nom de dieu ! Vous m'appelez canaille Dès que j'ouvre les yeux, nom de dieu ! Jusqu'au soir je travaille, sang dieu ! Et je couche sur la paille, nom de dieu ! Et je couche sur la paille. On nous promet les cieux, nom de dieu ! Pour toute récompense On nous promet les cieux, nom de dieu ! Pour toute récompense Tandis que ces Messieurs, nom de dieu ! S'arrondissent la panse, sang dieu ! Nous crevons d'abstinence, nom de dieu ! Nous crevons d'abstinence. Pour mériter les cieux, nom de dieu ! Voyez-vous ces bougresses Pour mériter les cieux, nom de dieu ! Voyez-vous ces bougresses Au vicaire le moins vieux, nom de dieu ! S'en aller à confesse, sang dieu ! Se faire peloter les fesses, nom de dieu ! Se faire peloter les fesses. Quand ils t’appellent gueux, nom de dieu ! Sus à leur équipage, Quand ils t’appellent gueux, nom de dieu ! Sus à leur équipage, Un pied sur le moyeu, nom de dieu ! Pour venger cet outrage, sang dieu ! Crache-leur au visage, nom de dieu ! Crache-leur au visage. Si tu veux être heureux, nom de dieu ! Pends ton propriétaire Si tu veux être heureux, nom de dieu ! Pends ton propriétaire Coupe les curés en deux, nom de dieu ! Fous les églises par terre, sang dieu ! Et l'bon dieu dans la merde, nom de dieu ! Et l'bon dieu dans la merde. Peuple trop oublieux, nom de dieu ! Si jamais tu te lèves Peuple trop oublieux, nom de dieu ! Si jamais tu te lèves Ne sois pas généreux, nom de dieu ! Patrons, bourgeois et prêtres, sang dieu ! Méritent la lanterne, nom de dieu ! Méritent la lanterne
Sujet: Personnalités de référence
Topique: Koënigstein
Prénom: Français Claudius
Autre formulation du sujet: Ravachol
Localisation temporelle du sujet: 1859/1892
François Claudius Koënigstein dit « Ravachol », était un militant anarchiste français impliqué dans plusieurs attentats à la bombe ainsi que dans au moins un meurtre. Souvent critiqué, même dans le milieu anarchiste, on le considère comme un agitateur. Son procès, puis sa mise à mort par guillotine en 1892, ont eu pour effet d’inverser la tendance, et celui qui était source de méfiance est devenu un symbole.
Sujet: Chant et chanson
Topique: L'bon dieu dans la merde
Détail particulier: Anonyme
Mots-clés: musique ; chanson ; france ; censure ; anarchiste ; ravachol ; 1892 ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1892
Titre: " La vie s'écoule, la vie s'ennuie "
Durée: 00:05:33   [00:31:07 > 00:36:40]
Langue(s): Français
" La vie sécoule, la vie s'ennuie " (1961) est une chanson composée par Raoul Vaeigem, sur une musique de Francis Lemonnier.
Parols : La vie s'écoule, la vie s'enfuit Les jours défilent au pas de l'ennui Parti des rouges, parti des gris Nos révolutions sont trahies Le travail tue, le travail paie Le temps s'achète au supermarché Le temps payé ne revient plus La jeunesse meurt de temps perdu Les yeux faits pour l'amour d'aimer Sont le reflet d'un monde d'objets. Sans rêve et sans réalité Aux images nous sommes condamnés Les fusillés, les affamés Viennent vers nous du fond du passé Rien n'a changé mais tout commence Et va mûrir dans la violence Brûlez, repaires de curés, Nids de marchands, de policiers Au vent qui sème la tempête Se récoltent les jours de fête Les fusils sur nous dirigés Contre les chefs vont se retourner Plus de dirigeants, plus d'État Pour profiter de nos combats
Sujet: Chant et chanson
Topique: La vie s'écoule, la vie s'ennuie
Détail particulier: Raoul Vaneigem
Mots-clés: chanson ; musique ; raoul vaneigem ; censure ; france ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1961
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Vaneigem
Prénom: Raoul
Mots-clés: musique ; chanson ; censure ; franc ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1934-
Raoul Vaneigem est un écrivain et philosophe belge. Diplômé de Lettres, il enseigne quelques années à l’Ecole Normale de Nivelles, Belgique. Il est proche du milieu révolutionnaires et est le co-fondateur de l’Internationale Situationniste en 1952.
Titre: " Les quatre généraux "
Durée: 00:03:00   [00:36:40 > 00:39:40]
Langue(s): Français
" Les quatre généraux " est une adaptation français par Jean Baumgarten d’un chant populaire de la guerre d’Espagne « Los cuatro generales ».
Paroles : Quatre généraux félons (ter). Mamita mia Sont en rébellion. (bis) Quand Noël sera venu (ter) Mamita mia Ils seront pendus. Le pont des Français tiendra (ter) Mamita mia Rien ne passera. Car nos vaillants miliciens (ter) Mamita mia Le garderont bien. Quatre généraux félons (ter) Mamita mia Oui, nous les pendrons.
Sujet: Chant et chanson
Topique: Les quatre généraux
Détail particulier: Chanson populaire espagnole.
Langue d'origine: Español
Expression en langue originale: Los cuatro generales
Mots-clés: chanson ; censure ; guerre ; espagne ;
Localisation spatiale du sujet: Espagne
Localisation temporelle du sujet: 1936/1939
Titre: " Le mauvais sujet repenti "
Durée: 00:04:24   [00:39:40 > 00:44:04]
Langue(s): Français
" Le mauvais sujet repenti " (1952) est un chanson écrite et interprétée par Georges Brassens.
Paroles : Elle avait la taill' faite au tour, Les hanches pleines, Et chassait l' mâle aux alentours De la Mad'leine... A sa façon d' me dir' : "Mon rat, Est-c' que j' te tente ?" Je vis que j'avais affaire à Un' débutante... L'avait l' don, c'est vrai, j'en conviens, L'avait l' génie, Mais sans technique, un don n'est rien Qu'un' sal' manie... Certes, on ne se fait pas putain Comme on s' fait nonne. C'est du moins c' qu'on prêche, en latin, A la Sorbonne... Me sentant rempli de pitié Pour la donzelle, J' lui enseignai, de son métier, Les p'tit's ficelles... J' lui enseignai l' moyen d' bientôt Faire fortune, En bougeant l'endroit où le dos R'ssemble à la lune... Car, dans l'art de fair' le trottoir, Je le confesse, Le difficile est d' bien savoir Jouer des fesses... On n' tortill' pas son popotin D' la mêm' manière, Pour un droguiste, un sacristain, Un fonctionnaire... Rapidement instruite par Mes bons offices, Elle m'investit d'une part D' ses bénéfices... On s'aida mutuellement, Comm' dit l' poète. Ell' était l' corps, naturell'ment, Puis moi la tête... Un soir, à la suite de Manœuvres douteuses, Ell' tomba victim' d'une Maladie honteuses... Lors, en tout bien, toute amitié, En fille probe, Elle me passa la moitié De ses microbes... Après des injections aiguës D'antiseptique, J'abandonnai l' métier d' cocu Systématique... Elle eut beau pousser des sanglots, Braire à tu'-tête, Comme je n'étais qu'un salaud, J' me fis honnête... Sitôt privé' de ma tutell', Ma pauvre amie Courrut essuyer du bordel Les infamies... Paraît qu'ell' s' vend même à des flics, Quell' décadence ! Y a plus d' moralité publiqu' Dans notre France...
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Brassens
Prénom: Georges
Mots-clés: musique ; chanson ; france ; brassens ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1921/1981
Georges Brassens est un poète, auteur-compositeur et interprète français. Bien qu’ils mettent principalement ses propres poèmes en musique, il en a également adapté de nombreux autres, comme certains de Victor Hugo ou de Paul Verlaine. Georges Brassens tire son esprit d’indépendance de son père, Jean-louis Brassens.
Sujet: Chant et chanson
Topique: Le mauvais sujet repenti
Détail particulier: Georges Brassens
Mots-clés: chanson : georges brassens ; repenti ; censure ; france ; 1952 ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1952
Titre: " Ma mère était espagnole "
Durée: 00:07:48   [00:44:04 > 00:51:52]
Langue(s): Français
" Ma mère était espagnole " (1965) est une chanson de Jacques Debronckart.
Paroles : Ah la pauvre vie Que j´ai du mener Dans le Zuyderzee Pays sans gaieté Jamais je n´ai pu m´y habituer Un papa flamand Ma pauvre maman T´as pas joué gagnant J´ai la nostalgie Du lointain pays D´Andalousie. Ma mère était espagnole Elle ne m´a appris que cet air là S´il ne va pas à mes paroles Il faut faire avec ce que l´on a Ma mère était espagnole Elle me berçait avec cet air là Tous les soirs Alors excusez-moi si mon allure est folle J´ai du sommeil en retard Alors excusez-moi si mon allure est folle J´ai du sommeil en retard Toi la première fille Que j´ai rencontré Dans le Zuyderzee T´étais bien roulée Seulement ta famille Fallait s´l´envoyer Ça draguait le florin Dans le même magasin Depuis sept-cent vingt Rien dans le cigare Tout dans le tiroir Dessous le comptoir Ma mère était espagnole Elle ne m´a appris que cet air là S´il ne va pas à mes paroles Il faut faire avec ce que l´on a Ma mère était espagnole Elle me berçait avec cet air là Tous les soirs Alors excusez-moi si mes amours sont folles J´ai du sommeil en retard Alors excusez-moi si mes amours sont folles J´ai du sommeil en retard Toi le frère aîné Qui m´a provoqué Un soir sur le quai Quelle fâcheuse idée D´aller te frapper Le front sur le pavé Ah la belle poursuite Mais j´courrais trop vite J´m´suis étalé Je vois sans colère Que j´moisirais guère Sur cette terre Ma mère était espagnole Depuis le jour où je l´ai perdue Il n´est rien qui me console De l´avoir si peu connue Ma mère était espagnole Elle avait une voix terrible Une voix d´acier Elle me répétait je l´entends encore Ne reste pas dans le nord Elle me répétait je l´entends encore Ne reste pas dans le nord Ma mère était espagnole Enfin je vais pouvoir la retrouver L´enfer c´est ce qui me console C´est mieux chauffé que le Zuyderzee On s´fera bronzer tout la nuit Mais voilà qu´une pensée Me vient à l´esprit Pourvu qu´il n´ait pas eu L´idée saugrenue De la foutre au Paradis Pourvu qu´il n´ait pas eu L´idée saugrenue De la foutre au Paradis!
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Debronckart
Prénom: Jacques
Mots-clés: chanson ; compositeur ; debronckart ; censure ; france ;
Localisation temporelle du sujet: 1934/1983
Jacques Debronckart est un chanteur français. Chanteur de duo, accompagnateur, compositeur de chansons et de comédies musicales... il s’est diversifié tout au long de sa carrière.
Sujet: Chant et chanson
Topique: Ma mère était espagnole
Détail particulier: Jacques Debronckart
Mots-clés: chanson ; france ; debronckart ; espagnol ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1965
Titre: " Quand viendra-t-elle ? "
Durée: 00:06:40   [00:51:52 > 00:58:32]
Langue(s): Français
" Quand viendra-t-elle ? " (1970) est une chanson d'Eugène Pottier.
Paroles : J'attends une belle, Une belle enfant, J'appelle, j'appelle, J'en parle au passant. Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? J'appelle, j'appelle, J'en parle au passant. Que suis-je sans elle ? Un agonisant. Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? Que suis-je sans elle ? Un agonisant. Je vais sans semelle, Sans rien sous la dent... Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? Je vais sans semelle, Sans rien sous la dent Transi quand il gèle, Sans gîte souvent. Ah ! je l'attends, je l'attends! L'attendrai-je encor longtemps ? Transi quand il gèle, Sans gîte souvent, J'ai dans la cervelle Des mots et du vent... Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps? J'ai dans la cervelle Des mots et du vent. Bétail on m'attelle Esclave on me vend. Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? Bétail, on m'attelle. Esclave, on me vend. La guerre est cruelle, L'usurier pressant. Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? La guerre est cruelle, L'usurier pressant. L'un suce ma moelle, L'autre boit mon sang. Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? L'un suce ma moelle, L'autre boit mon sang. Ma misère est telle Que j'en suis méchant. Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ? Ma misère est telle Que j'en suis méchant. Ah ! viens donc, la belle Guérir ton amant ! Ah ! je l'attends, je l'attends ! L'attendrai-je encor longtemps ?
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Pottier
Prénom: Eugène
Mots-clés: chanson ; compositeur ; eugène pottier ; français ; révolutionnaire ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1816/1887
Eugène Pottier est un goguettier et poète révolutionnaire français, auteur des paroles de l’Internationale.
Sujet: Chant et chanson
Topique: Quand viendra-t-elle ?
Détail particulier: Chanson d'Eugène Pottier autour de la Commune de Paris.
Mots-clés: chanson ; eugène pottier ; commune ; paris ; france ; censure ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1870
Titre: " V'là Cochon qui déménage "
Durée: 00:07:21   [00:58:32 > 01:05:53]
Langue(s): Français
"V'là Cochon qui déménage" est une chanson de Gaston Montéhus, inspirée par Georges-Alexandre Cochon alors Président de l'Union Syndical des Locataires.
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Montéhus
Prénom: Gaston
Mots-clés: musique ; chanson ; populaire ; montéhus ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1884/1952
Gaston Montéhus est un chansonnier français. Né peu après la Commune, il est fortement engagé politiquement à gauche. C’est grâce à sa chanson « Gloire au 17ème », en référence à une évènement de 1907, qui le fera connaître du grand public.
Sujet: Chant et chanson
Topique: V'là Cochon qui déménage
Détail particulier: Gaston Montéhus
Mots-clés: musique ; chanson ; populaire ; montéhus ; cochon ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C.
Titre: " Le sénateur "
Durée: 00:08:42   [01:05:53 > 01:14:35]
Langue(s): Français
" Le sénateur " (1813) est une chanson écrite par Pierre-Jean Béranger.
Paroles : Mon épouse fait ma gloire : Rose a de si jolis yeux ! Je lui dois, l'on peut m'en croire, Un ami bien précieux. Le jour où j'obtins sa foi, Un sénateur vint chez moi ! Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur. De ses faits je tiens registre : C'est un homme sans égal. L'autre hiver, chez un ministre, Il mena ma femme au bal. S'il me trouve en son chemin, Il me frappe dans la main. Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur. Près de Rose il n'est point fade, Et n'a rien d'un freluquet. Lorsque ma femme est malade, Il fait mon cent de piquet. Il m'embrasse au jour de l'an ; Il me fête à la Saint-Jean. Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur. Chez moi qu'un temps effroyable Me retienne après dîner, Il me dit, d'un air aimable : « Allez donc vous promener ; Mon cher, ne vous gênez pas, Mon équipage est là-bas. » Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur. Certain soir, à sa campagne Il nous mena par hasard. Il m'enivra de Champagne ; Et Rose fit lit à part. Mais de la maison, ma foi, Le plus Beau lit fut pour moi. Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur. A l'enfant que Dieu m'envoie, Pour parrain je l'ai donné. C'est presqu'en pleurant de joie Qu'il baise le nouveau-né ; Et mon fils, dès ce moment, Est mis sur son testament. Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur. A table il aime qu'on rie ; Mais parfois j'y suis trop vert. J'ai poussé la raillerie Jusqu'à lui dire au dessert : On croit, j'en suis convaincu, Que vous me faites cocu ! Quel honneur ! Quel bonheur ! Ah ! monsieur le sénateur, Je suis votre humble serviteur.
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Béranger
Prénom: Pierre-Jean
Mots-clés: musique ; chanson ; france ; béranger ; XIXe siècle ; censure ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1780/1857
Pierre-Jean Béranger est un chansonnier français, qui a connu un très grand succès à son époque. Certaines de ses chansons lui on valut de faire des séjours en prisons mais cela n’a fait qu’augmenter sa popularité. De très nombreux hommages lui ont été adressés après sa mort, des pèlerinages ont même été organisés sur sa tombe au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.
Sujet: Chant et chanson
Topique: Le sénateur
Détail particulier: Pierre-Jean Béranger
Mots-clés: chanson ; béranger ; france ; censure ; XIXe siècle ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1813
Titre: " La tour eiffel "
Durée: 00:06:12   [01:14:35 > 01:20:47]
Langue(s): Français
" La tour eiffel " (1900) est une chanson composée par Richard O'Monroy, sur une musique de Désiré Dihau.
Paroles : Le lendemain du mariage Daniel fit la proposition D'aller faire un petit voyage À Paris pour mon instruction Au Champ de Mars, nous arrivâmes Il me montra le pont d'Iéna Et me dit : Regarde, ma femme Un monument qui t'étonnera C'était une tour magnifique En fer, se dressant vers le ciel Et je m'écriai : C'est magique ! Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Que c'est donc beau, que c'est donc beau, la tour Eiffel ! Il me semblait voir un colosse Construit de fer, cerclé d'airain [variante : Aux membres de fer et d'airain] Dans un accès d'amour féroce Se dressant d'un bond surhumain Elle était si grande et si belle La tour avec son ascenseur ! Quelle masse, quel fier modèle ! Et je sentais battre mon cœur Comme dans un rêve extatique J'eus un plaisir surnaturel Et dis tout bas d'un air pudique : Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Que c'est donc beau, que c'est donc beau, la tour Eiffel ! Mon mari, surpris de ma joie Me dit : Ce n'est pas sans talent Mais, chérie, il faut que tu voies Un autre plus beau monument Détourne tes yeux de ce dôme Et puis, tous les deux, nous irons Contempler la place Vendôme Et la tour faite de canons En fiacre, quelques tours de roue… Je vis un tuyau solennel Et je dis en faisant la moue : Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ça n' vaut pas, ça n' vaut pas la tour Eiffel ! Et voilà mon Daniel qui bisque Et qui me répond : C'est très bien Allons, allons voir l'Obélisque C'est un monument égyptien Il me montre, miséricorde ! Un monolithe — un petit nain Sur la place de la Concorde Se dressant, chétif et mesquin Je crus que c'était une niche Et je criai d'un ton cruel : [variante : Et je lui dis d'un ton cruel] Ça me rappelle Little Tich (*) Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ça n' vaut pas, ça n' vaut pas la tour Eiffel ! Enfin, fatigués, nous rentrâmes Au grand hôtel Continental Daniel voulait, tout feu, tout flamme User de son droit conjugal Il avait soufflé la bougie Et me disait, très animé : [variante : Et me disait, très allumé] Je sens ce soir, ô ma chérie Que je ne t'ai jamais tant aimée Pour moi je ne voulais plus rien croire À rien qui fût exceptionnel [variante : À rien qui soit surnaturel] Pourtant, je dis dans la nuit noire : Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ah ! Daniel, mon cher Daniel ! Ça vaut bien mieux, ça vaut bien mieux qu’ la tour Eiffel ! [variante : Eh ben non, non, non, ça n' vaut pas, ça n' vaut pas la tour Eiffel !]
Sujet: Chant et chanson
Topique: La tour Eiffel
Détail particulier: Richard O'Monroy
Mots-clés: chanson ; tour eiffel ; censure ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1900
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: O'Monroy
Prénom: Richard
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1849/1916
Richard de l’Isle de Falcon de Saint-Geniès, dit Richard O’Monroy, est un romancier nouvelliste français. Il a commencé par une carrière militaire avant de se lancer dans l’écriture.
Titre: " Fille d'ouvrier "
Durée: 00:09:58   [01:20:47 > 01:29:20]
Langue(s): Français
" Fille d'ouvrier " (1898) est une chanson composée par Jules Jouy, sur une musique de Gustave Goublier.
Paroles : Pâle ou vermeille, brune ou blonde, Bébé mignon, Dans les larmes ça vient au monde : Chair à guignon ! Ebouriffée, suçant son pouce, Jamais lavée, Comme un vrai champignon ça pousse : Chair à pavé ! A quinze ans ça rentre à l'usine, Sans éventail. Du matin au soir ça turbine : Chair à travail ! Fleur des fortifs ça s'étiole, Quand c'est girond. Dans un get-apens ça se viole : Chair à patrons ! Jusque dans la moelle pourrie, Rien sous la dent; Alors ça rentre en brasserie : Chair à clients ! Ça tombe encore, de chute en chute, Honteuse un soir, Pour un franc ça fait la culbute : Chair à trottoir ! Ça vieillit et plus bas ça glisse, Un beau matin, Ça va s'inscrire à la police : Chair à roussins ! Ou bien sans carte ça travaille dans sa maison, Alors ça se fout sur la paille : Chair à prison ! D'un mal souffrant le supplice Vieux et tremblant, Ça va geindre dans un hospice : Chair à savants ! Enfin ayant vidé la coupe, But tout le fiel, Quand c'est crevé ça se découpe : Chair à scalpel ! Patrons, tas d'Héliogabales ! D'effrois saisis, Quand vous tomberez sous nos balles, Chair à fusils ! Pour que chaque chien, sur vos trognes, Pisse à l'écart, Nous leur laisserons vos charognes : Chair à Macquart !
Sujet: Chant et chanson
Topique: Fille d'ouvriers
Détail particulier: Jules Jouy
Mots-clés: musique ; chanson ; france ; censure ; ouvrier ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1898
Sujet: Compositeurs-auteurs
Topique: Jouy
Prénom: Jules
Mots-clés: XIXe siècle ; XXe siècle ; chanson ; censure ; france ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: 1855/1897
Jules Jouy est un goguettier, poète et chansonnier français. Marqué par la Commune de Paris, ses œuvres reprennent des thèmes anticléricaux, républicains, les injustices, etc.

14 chapitres.
Titre: La prochaine fois, je vous chanterai : chansons interdites
Sous-titre: 13ème Rencontres D’Aubrac : Dire l'interdit
Auteur(s): BOUTINEAU Jacques, DE LA SALLE Aimée, MEYER Philipp, SOUYRI Guilhem
Durée: 01:29:20
Date de réalisation: 23/08/2008
Lieu de réalisation: Saint-Chély d'Aubrac, Aveyron, France
Genre: Concert(s)
Langue(s): Français
Dans l’esprit de l’émission « La prochaine fois je vous le chanterai » proposée tous les dimanches sur France Inter par Philippe Meyer, et au cours de laquelle l’animateur analyse au travers d’une dizaine de titres de chansons un thème particulier, une émission spectacle a été conçue pour répondre au questionnement sur l’interdit. Le choix s’est porté sur des chansons que l’on peut qualifier de « déconseillées » en ce qu’elles constituaient d’authentiques menaces pour l’ordre établi, politique ou religieux. On approchera ainsi des textes du répertoire de chansonniers engagés au cours des XIXe et XXe siècles avec par exemple Le Sénateur (1813) de Pierre-Jean de Béranger, La Butte Rouge (1923) de Montéhus, et des chansons qui ont bravé la bienpensance comme Le Gorille (1952) de Georges Brassens ou Le Général (1954) à vendre des « Frères Jacques » sur un texte écrit par Francis Blanche.
Chaque été, depuis 1994, l’Aveyron s’anime d’une couleur particulière, avec le festival littéraire des Rencontres d’Aubrac. Vrai festival littéraire, ces rencontres de trois jours sont devenues un rendez-vous incontournable pour un public de lecteurs enthousiastes – amateurs, érudits et professionnels mêlés. Le thème retenu pour 2008, « DIRE l’INTERDIT dans les contes, nouvelles, poèmes, chansons, films », est l'occasion de saisir la question cruciale de la négation de la liberté d’expression par des exemples pris sous toutes les latitudes. Partout et de tout temps, il a existé des contes, des nouvelles, des poèmes, des chansons que l'on pouvait dire à qui on le voulait, de la façon que l'on souhaitait, sur tous les sujets possibles, sans tabous, interdits, censures, condamnations, expurgations, corrections, coupures, etc. En revanche, partout et de tous temps, il a existé des contes, des nouvelles, des poèmes, des chansons que l'on ne pouvait pas dire à qui on le voulait, de la façon que l'on souhaitait, sur quelque sujet que ce fût. Il y a, en conséquence, ce qui se dit et ce qui ne se dit pas. Ce qui, donc, peut donner matière à un conte, une nouvelle, un poème, une chanson et ce qui, en aucun cas, ici et maintenant, ne le pourrait.
Lien: Site des Treizièmes Rencontres d'Aubrac en 2008.
Sujet: Musique et société
Topique: Chanson déconseillée
Détail particulier: (en France au cours des XIXe et XXe siècles)
Catégorie linguistique: (Syn.nom.)
Mots-clés: musique ; politique ; censure ; chanson ; france ; XIXe siècle ; XXe siècle ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Sujet: Musiques du monde par genre
Topique: Chanson populaire
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Chansons engagées au cours des XIXe et XXe siècles (exemples: Le Sénateur (1813) de Pierre-Jean de Béranger, La Butte Rouge (1923) de Montéhus, Le Gorille (1952) de Georges Brassens, ...)
Sujet: Musiques du monde par époque historique
Topique: Chansons déconseillées depuis le 19ème siècle en France
Catégorie linguistique: (Syn.nom.)
Mots-clés: musique ; chanson ; interdit ; censure ; france ; XIXe siècle ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XIXe siècle ap. J.-C.
Chansons interdites ou déconseillées pour des raisons politiques ou religieuses.
Sujet: Chant et chanson
Topique: Chansons interdites en France
Détail particulier: (19ème et 20ème siècles)
Catégorie linguistique: (Syn.nom.)
Mots-clés: chanson ; musique ; censure ; interdite ; france ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Sujet: Musiques du monde par origine (géographique, culturelle)
Topique: Musique française
Libellé: Mise en scène de chansons françaises engagées
Détail particulier: (19ème et 20ème siècles)
Catégorie linguistique: (Syn.nom.)
Localisation spatiale du sujet: France ; Paris
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Spectacle musical proposant un panorama de chansons françaises engagées au cours des XIXe et XXe siècles.
Sujet: Spectacles musicaux
Topique: Spectacle musical autour les chansons interdites
Détail particulier: (auteur: Philippe Meyer)
Catégorie linguistique: (Syn.nom.)
Mots-clés: concert ; musique ; Aubrac ; interdit ; censure ;
Localisation spatiale du sujet: France ; Paris
Paris - ville servant de référence aux chasons interdites dans le 19ème et le 20ème siècles
Localisation temporelle du sujet: XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; 2008
Nom: Boutineau
Prénom: Jacques
Rôle: Pianistes
Fonction: Musicien
Adresse: Paris, France
Jacques Boutineau est un spécialiste de l'accompagnement, qui a travaillé en duo avec des artistes comme Gloria Gaynor, Patricia Kaas, Alexandra Kazan, Francis Perrin ou Daniel Prévost et a participé à de nombreuses émissions de radios comme sur France Inter dans Sur le pont des artistes, sur FIP dans Les voix du jazz, ou sur la BBC dans des émissions consacrées aux chanteurs français. Jacques Boutineau est également compositeur et arrangeur. Il a été à la direction musicale de différentes émissions télévisées sur TF1 comme Les années tubes et sur la Cinquième dans Perfecto.
Nom: De La Salle
Prénom: Aimée
Rôle: Chanteurs
Fonction: Chanteuse, conteuse
Adresse: Paris, France
Aimée de La Salle chante des textes poétiques qu’elle écrit, évoquant aussi bien un ange et son oreiller qu’un déshumidificateur en quête d’une bataille avec la pluie… Mais elle chante aussi ceux de grands poètes comme Arthur Rimbaud, Pierre de Ronsard ou plus récemment, des chansons écrites par Henri Gougaud. Entre la parole récitée et la parole chantée, Aimée de La Salle parle par onomatopées, comme pour réinventer un langage, interprète, joue, vit ses textes dans un style qui lui est propre et résume bien sa particularité en se qualifiant elle-même de « Chanteuse d’Histoires ».
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Nom: Meyer
Prénom: Philippe
Rôle: Conférenciers
Appartenance: France Inter, France
Fonction: Journaliste
Adresse: Paris, France
Liberté, curiosité, diversité sont les mots-clefs d'une vie professionnelle qui aura conduit Philippe Meyer de la recherche en histoire sociale à la scène, en passant par le journalisme, le cinéma documentaire, le billet radiophonique et la musique classique. Docteur en sociologie, Philippe Meyer enseigne dans différentes universités de Paris et collabore au Collège de France aux travaux conduits par Michel Foucault, avec qui il avait participé à l'action du Groupe d'Information des Prisons. À partir de 1984, il est maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris. À « L'Express », Jean-François Revel lui confie en 1979 la revue des livres d'histoire et de sciences humaines, puis lui propose de signer un éditorial hebdomadaire et d'entrer dans l'équipe du journal dont il devient rédacteur en chef chargé de la « Vie culturelle ». Sur France Inter il produit et anime dès 1982 unmagazine satirique, « Télescopages », puis, de 1989 à 2000, une chroniquematutinale quotidienne.Depuis 1998, il produit « L'Esprit Public », sur France-Culture, et depuis septembre 2000, « La prochaine fois je vous le chanterai », sur France-Inter. Il collabore comme interprète à divers feuilletons radiophoniques pour France Musiques (George-Bernard Shaw) ou pour France Culture (« La guerre de l'Elysée n'aura pas lieu »). En 2007, il y met en scène « Le Dialogue des Carmélites » de Georges Bernanos. Il est le récitant du « Songe d'une nuit d'été » avec l'Orchestre de l'OpéraNational de Paris. Il enregistre « Sports et divertissement » d'Eric Satie avec CatherineMarchese et EmileNaoumoff et « Le Carnaval des animaux » pour Harmonia Mundi avec des musiciens regroupés autour du TrioWanderer. En 2000, il interprète à l'auditorium du Musée d'Orsay un ensemble de chansons sur la Commune de Paris, puis, en 2005, un spectacle qui fait revivre le « Chat noir » de Salis, Allais, Bruant et Satie… Au cinéma, il joue pour Bertrand Tavernier et Jacques Fansten. Au théâtre, il a mis en scène « Les Maxibules », de Marcel Aymé. Philippe Meyer réalise en 1989 avec Frédéric Rossif un documentaire sur le nazisme, « De Nuremberg à Nuremberg ». Parallèlement, il conçoit et anime une émission de musique classique pendant deux ans sur M6 (« Revenez quand vous voulez ») puis une autre, « Anicroches » pour la Sept (future Arte). Enfin, il dresse le portrait – en leur présence – des invités de « L'heure de Vérité » sur Antenne 2. Philippe Meyer écrit et interprète « Causerie » au théâtre Mouffetard (1997) puis il donne au Théâtre de la Ville et au Théâtre Mouffetard, un spectacle intitulé « Paris la Grande » au cours duquel il célèbre, décrit ou apostrophe la capitale en mêlant des textes de grands écrivains et des chansons souvent inédites, parfois oubliées. En Novembre 2003, le Théâtre de la Ville accueille « L'Endroit du coeur (avec vue sur l'envers) », dont il est l'auteur et l'un des interprètes et que met en scène Jean-Claude Penchenat. Auteur de nombreux récits et recueils de chroniques radiophoniques, Philippe Meyer a notamment publié Pointes sèches (1993), Paris la grande (1997), Eaux-fortes (1999), Chroniques matutinales (2000) et Démolition avant travaux (2002). Philippe Meyer est avec des amis espalionnais à l’origine de la création en 1992 de l’Association pour le Renaissance du Vieux Palais à Espalion. Le lieu acquis et rénové accueille désormais expositions et artistes en résidence, stages de théâtre et de musique, classes culturelles… Philippe Meyer et l’Association établisssent également une saison musicale dans toute la région, de la chapelle “mythique” de Perse à d’autres salles aveyronnaises.
Nom: Souyri
Prénom: Guilhem
Rôle: Chanteurs
Fonction: Chanteur lyrique
Adresse: Paris, France
Baryton, Guillaume Souyri termine actuellement ses études de chant lyrique à Montpellier. Après avoir obtenu son Master 2 en musicologie en 2006, il se consacre pleinement au chant ; d’abord choriste puis soliste invité par divers ensembles, choeurs et orchestres du sud de la France, il a interprété en 2007 le rôle d’Escamillo dans Carmen de Bizet aux arènes d’Alès ainsi que le baryton solo dans Carmina Burana de Orff. Récemment, il a participé à la création de l’opéra Peregrinus de Patrice Michaud et s’est produit en Aquitaine avec l’Orchestre du Centre Philarmonique lors d’une tournée de concerts consacrés aux grands airs et duos d’opéra.
Nom: Stockinger
Prénom: Peter
Rôle: Analyste d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Fonction: Directeur de l'ESCoM
Adresse: Paris, France
Peter Stockinger est Professeur des universités à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (I.Na.L.C.O.), Paris - France, Directeur adjoint de la filière "Communication Interculturelle" (C.F.I.) à l'INALCO et Directeur de l’Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) à la Maison des Sciences de l’Homme, Paris -France.
Type: Livre
Auteur: Emmanuel Pierrat et Aurélie Sfez
PIERRAT, Emmanuel, SFEZ, Aurélie. "100 chansons interdites", Hoëbeke : Paris, 2014, 176p.
Type: Contexte "Divertissement"
Public cible: Pour tout public
Concert reprenant des chansons française censurée pouvant divertir tout public.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Vidéo susceptible d'intéresser les personnes faisant des recherches sur l'histoire de la censure en France.
BOUTINEAU Jacques, DE LA SALLE Aimée, MEYER Philipp, SOUYRI Guilhem. « La prochaine fois, je vous chanterai : chansons interdites », Archives Rencontre des Cultures (ARC), 1562, 2008, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1562/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), France, 2008
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© CHEMOUNY, Muriel, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2008 © FILLON, Richard, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2008 © DE PABLO, Elisabeth, Ingénieur de recherche, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2008
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BOUTINEAU, Jacque, Musicien, Paris, France, 2008 © DE LA SALLE, Aimée, Conteurse, France, 2008 © MEYER, Philippe, Journaliste, France Inter, Paris, France, 2008 © SOUYRI, Guilhem, Chanteur, France, 2008
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page " http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr "
Titre: Analyse de base du spectacle musical "La prochaine fois, je vous chanterai : chansons interdites"
Sous-titre: Spectacle enregistré dans le cadre des XIIIe Rencontres d'Aubrac en 2008
Langue(s): Français
Type: Analyses de base de l'objet média
Comment citer: STOCKINGER Peter, FRISA Oriane. " Analyse de base du spectacle musical "La prochaine fois, je vous chanterai : chansons interdites" " (Portail ARC, 2014) : http://www.arc.msh-paris.fr
Id analyse: 497a0af4-ebc7-4750-969f-0177a71788ac
Id vidéo: 2da91d1b-e77e-4ef2-9b88-9a00c1241927
Analyse du spectacle "La prochaine fois, je vous chanterai : chansons interdites" proposé par Philippe Meyer en 2008 dans le cadre des Treizièmes rencontres d'Aubrac en 2008. Le seul objectif de cette analyse est de rendre accessible cet enregistrement via le portail ARC. La version originale de celui-ci peut être consulté sur le portail AAR.