Enseignement et étude de la langue siamoise. DELOUCHE, Gilles

Chapitre

Titre: L'INALCO
Durée: 00:12:00   [00:00:00 > 00:12:00]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Ce fut Colbert, en 1669, qui donna la première impulsion à l’institut, qui s’appelait alors l’Ecole des Jeunes de Langues. Elle avait la charge de former des traducteurs, dans le cadre des échanges politiques et commerciaux de la France avec l’étranger. Aujourd’hui, la création de filières professionnalisantes va plus que jamais dans ce sens. Entre 1792 et 2004, le nombre de langues enseignées est passé de 4 à 92 (93 en 2014), et certaines de ses langues ne sont enseignées nul par ailleurs. D’après Gilles Delouche, aucun autre établissement dans le monde ne s’occupe de la reconnaissance de la valeur des langues, des cultures, et donc des gens, comme l’INALCO.
Titre: La dimension européenne de l’institut
Durée: 00:06:37   [00:12:00 > 00:18:37]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Le nombre croissant d’inscriptions à l’INALCO prouve qu’il y existe un vrai public pour ce type d’enseignement. D’après Gilles Delouche, l’institut est le seul établissement européen où toutes les langues de l’Union Européenne, et plus encore, sont enseignées.
Titre: Le passage au LMD et ses conséquences sur l’enseignement à l’INALCO
Durée: 00:09:48   [00:18:37 > 00:28:25]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Gilles Delouche remarque qu'il exsite trois principaux phénomènes recruteurs des langues’O : l’intérêt pour une langue ou une culture, l’enrichissement d’un autre parcours (double cursus), et enfin, les personnes qui décident, après avoir passé le bac, d’apprendre une langue. Le passage au système LMD a quelque peu changé la donne en attirant un autre type de public pour lequel la langue amène un projet professionnel réel.
Titre: Le choix de la diversité linguistique
Durée: 00:07:16   [00:28:25 > 00:35:41]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
L’INALCO propose des langues qui à l’origine n’étaient enseignées nul par ailleurs, bien qu’aujourd’hui, beaucoup d’entre elles se soient répandues (comme le chinois ou le japonais). Mais la vocation de l’institut reste la même, ces langues continueront à y être enseigner, et il en intégrera de nouvelles, autant que possible.
Titre: Parcours intellectuel et académique
Durée: 00:03:36   [00:35:41 > 00:39:17]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Gilles Delouche a commencé par passer une maîtrise de droit et d’histoire, il se destinait alors à devenir avocat. C'est un peu par hasars qu'il s’est retrouvé sur les bancs de l’INALCO, mais dès le premier cours auquel il a assisté, il a eu un réel coup de foudre pour la langue et la culture thaïe.
Titre: Culture et langue siamoise
Durée: 00:08:38   [00:39:17 > 00:47:55]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Une langue ne peut pas être sortie du contexte de sa culture, l’étudier s’est également entrer en contact avec ses locuteurs. Et pour Gilles Delouche, l’essentiel est cette relation aux gens. Il est également passionné par l’apprentissage perpétuel que nécessite une langue. En effet, les langues évoluent tous les jours et rester en phase avec un pays, connaître son passé, sa littérature et sa culture, mais aussi être capable de parler sa langue moderne, tout cela représente un réel challenge.
Titre: Deux exemples illustrant quelques spécificités de la langue siamoise
Durée: 00:06:51   [00:47:55 > 00:54:46]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
La société thaïe est très hiérarchisée, aujourd’hui encore, elle se divise en deux catégorie, que ce soit la position sociale ou l’âge. Les pronoms illustrent parfaitement ce phénomène puisqu’ils situent les personnes par rapport à leurs interlocuteurs. La société thaïe est également imprégnée du bouddhisme et développe donc l’introspection. Ainsi, il existe une centaine d’expression avec le mot « cœur » qui, bien que compréhensible dans leur langue et leur contexte, seraient intraduisibles en français à cause des différences culturelles.
Titre: Evolution et particularités
Durée: 00:19:23   [00:54:46 > 01:14:09]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Les premières traces de la culture thaïe remontent au début du XIIIe siècle. Depuis le début, elle a subi les influences des cultures voisines, comme celle de l’empire Khmer pour la hiérarchisation. Plus récemment, lorsque sont arrivées des objets ou des concepts occidentaux, le thaï a emprunté à l’anglais les termes permettant de les désigner, et qu’il adaptait à sa phonologie. Aujourd’hui, l’évolution de la langue a atteint un niveau supérieur, une meilleure connaissance de l’anglais par la population a eu pour conséquence une modification phonologique, les mots sont dorénavant prononcés « à l’anglaise ». Bien que les emprunts répondent à l’origine à une besoin, on remarque une tendance au snobisme de la langue thaïe qui conduit à l’utilisation consciente de termes anglais, même lorsque cela n’est pas nécessaire. D’après Gilles Delouche, il est difficile de parler de grammaire pour la langue thaïe, il est plus juste d’évoquer la syntaxe. En effet, la fonction d’un mot n’est donnée que par sa place dans une phrase ou dans un cadre.
Titre: Les cours de syntaxe de première année
Durée: 00:04:54   [01:14:09 > 01:19:03]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Gilles Delouche enseigne trois matières à l'INALCO, la syntaxe en première année de licence, la versification de la littérature classique en licence, et la méthodologie de restitution et de datation des manuscrits siamois anciens en DEA. D’après lui, il faut d’abord apprendre à entendre le thaï pour apprendre à le prononcer. Il y a des subtilités, comme la différence entre les initiales aspirées et non aspirées, ou les tons, qui changent le sens d’un mot et qui ne peuvent être discernés que par une écoute entraînée.
Titre: La versification de la littérature classique
Durée: 00:10:30   [01:19:03 > 01:29:33]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Toute la littérature thaïe, jusqu’à la fin du XIXe siècle, était rédigée en vers. Cette dernière était d’abord improvisée avant d’être écrite. Les règles de versification concernent également des groupes rythmiques qui conditionnent la création poétique, et donc le sens. Cette particularité fait partie intégrante de la langue thaïe, et la versification n’est pas l’apanage des lettrés. Gilles Delouche présente l’exemple des champs cérémoniels et des chants agricoles pour illustrer l’emploi de vers improvisés dans la vie de tous les jours. L’importance de la sonorité est mise sur un pied d’égalité avec le sens, il arrive même qu’elle le supplante, ce phénomène est similaire au genre littéraire fatrasique en France au Moyen-âge.
Titre: Restitution et datation des manuscrits
Durée: 00:05:44   [01:29:33 > 01:35:17]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Avant le XXe siècle, toute la littérature thaïe était manuscrite. Mais en 1967, au moment de la prise de l’ancienne capitale où étaient entreposés la grande majorité des manuscrits, par les Birmans, un grand incendie détruisit tout. Toute la littérature avant 1967 consiste donc en patchwork issu de la mémoire des personnes, ou bien des fragments retrouvés. La thèse de Gilles Delouche a d’ailleurs consisté en la reconstruction d’un poème de 121 vers du XVe siècle, et ce travail a nécessité 7 ans de recherche.
Titre: Les étudiants
Durée: 00:08:50   [01:35:17 > 01:43:27]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
La filière thaïe de l’INALCO regroupe entre 120 et 130 étudiants, dont la moitié seulement sont français. La plupart des étudiants français sont là par intérêt personnel, en général, ce sont des personnes qui travaillent déjà. Les opportunités de travails dans ce milieu sont limitées, mais Gilles Delouche espère que la mise en place du système LMD et l’ouverture de parcours professionnalisants vont changer la situation.

12 chapitres.
  • Entretien filmé. Ce fut Colbert, en 1669, qui donna la première impulsion à l’institut, qui s’appelait alors l’Ecole des Jeunes de Langues. Elle avait la charge de former des traducteurs, dans le cadre des échanges politiques et commerciaux de la France avec l’étranger. Aujourd’hui, la création de filières professionnalisantes va plus que jamais dans ce sens. Entre 1792 et 2004, le nombre de langues enseignées est passé de 4 à 92 (93 en 2014), et certaines de ses langues ne sont enseignées nul par ailleurs. D’après Gilles Delouche, aucun autre établissement dans le monde ne s’occupe de la reconnaissance de la valeur des langues, des cultures, et donc des gens, comme l’INALCO.
  • Entretien filmé. Gilles Delouche remarque qu'il exsite trois principaux phénomènes recruteurs des langues’O : l’intérêt pour une langue ou une culture, l’enrichissement d’un autre parcours (double cursus), et enfin, les personnes qui décident, après avoir passé le bac, d’apprendre une langue. Le passage au système LMD a quelque peu changé la donne en attirant un autre type de public pour lequel la langue amène un projet professionnel réel.
  • Entretien filmé. L’INALCO propose des langues qui à l’origine n’étaient enseignées nul par ailleurs, bien qu’aujourd’hui, beaucoup d’entre elles se soient répandues (comme le chinois ou le japonais). Mais la vocation de l’institut reste la même, ces langues continueront à y être enseigner, et il en intégrera de nouvelles, autant que possible.
  • Entretien filmé. Gilles Delouche a commencé par passer une maîtrise de droit et d’histoire, il se destinait alors à devenir avocat. C'est un peu par hasars qu'il s’est retrouvé sur les bancs de l’INALCO, mais dès le premier cours auquel il a assisté, il a eu un réel coup de foudre pour la langue et la culture thaïe.
  • Entretien filmé. Une langue ne peut pas être sortie du contexte de sa culture, l’étudier s’est également entrer en contact avec ses locuteurs. Et pour Gilles Delouche, l’essentiel est cette relation aux gens. Il est également passionné par l’apprentissage perpétuel que nécessite une langue. En effet, les langues évoluent tous les jours et rester en phase avec un pays, connaître son passé, sa littérature et sa culture, mais aussi être capable de parler sa langue moderne, tout cela représente un réel challenge.
  • Entretien filmé. La société thaïe est très hiérarchisée, aujourd’hui encore, elle se divise en deux catégorie, que ce soit la position sociale ou l’âge. Les pronoms illustrent parfaitement ce phénomène puisqu’ils situent les personnes par rapport à leurs interlocuteurs. La société thaïe est également imprégnée du bouddhisme et développe donc l’introspection. Ainsi, il existe une centaine d’expression avec le mot « cœur » qui, bien que compréhensible dans leur langue et leur contexte, seraient intraduisibles en français à cause des différences culturelles.
  • Entretien filmé. Les premières traces de la culture thaïe remontent au début du XIIIe siècle. Depuis le début, elle a subi les influences des cultures voisines, comme celle de l’empire Khmer pour la hiérarchisation. Plus récemment, lorsque sont arrivées des objets ou des concepts occidentaux, le thaï a emprunté à l’anglais les termes permettant de les désigner, et qu’il adaptait à sa phonologie. Aujourd’hui, l’évolution de la langue a atteint un niveau supérieur, une meilleure connaissance de l’anglais par la population a eu pour conséquence une modification phonologique, les mots sont dorénavant prononcés « à l’anglaise ». Bien que les emprunts répondent à l’origine à une besoin, on remarque une tendance au snobisme de la langue thaïe qui conduit à l’utilisation consciente de termes anglais, même lorsque cela n’est pas nécessaire. D’après Gilles Delouche, il est difficile de parler de grammaire pour la langue thaïe, il est plus juste d’évoquer la syntaxe. En effet, la fonction d’un mot n’est donnée que par sa place dans une phrase ou dans un cadre.
  • Entretien filmé. Gilles Delouche enseigne trois matières à l'INALCO, la syntaxe en première année de licence, la versification de la littérature classique en licence, et la méthodologie de restitution et de datation des manuscrits siamois anciens en DEA. D’après lui, il faut d’abord apprendre à entendre le thaï pour apprendre à le prononcer. Il y a des subtilités, comme la différence entre les initiales aspirées et non aspirées, ou les tons, qui changent le sens d’un mot et qui ne peuvent être discernés que par une écoute entraînée.
  • Entretien filmé. Toute la littérature thaïe, jusqu’à la fin du XIXe siècle, était rédigée en vers. Cette dernière était d’abord improvisée avant d’être écrite. Les règles de versification concernent également des groupes rythmiques qui conditionnent la création poétique, et donc le sens. Cette particularité fait partie intégrante de la langue thaïe, et la versification n’est pas l’apanage des lettrés. Gilles Delouche présente l’exemple des champs cérémoniels et des chants agricoles pour illustrer l’emploi de vers improvisés dans la vie de tous les jours. L’importance de la sonorité est mise sur un pied d’égalité avec le sens, il arrive même qu’elle le supplante, ce phénomène est similaire au genre littéraire fatrasique en France au Moyen-âge.
  • Entretien filmé. Avant le XXe siècle, toute la littérature thaïe était manuscrite. Mais en 1967, au moment de la prise de l’ancienne capitale où étaient entreposés la grande majorité des manuscrits, par les Birmans, un grand incendie détruisit tout. Toute la littérature avant 1967 consiste donc en patchwork issu de la mémoire des personnes, ou bien des fragments retrouvés. La thèse de Gilles Delouche a d’ailleurs consisté en la reconstruction d’un poème de 121 vers du XVe siècle, et ce travail a nécessité 7 ans de recherche.
  • Entretien filmé. La filière thaïe de l’INALCO regroupe entre 120 et 130 étudiants, dont la moitié seulement sont français. La plupart des étudiants français sont là par intérêt personnel, en général, ce sont des personnes qui travaillent déjà. Les opportunités de travails dans ce milieu sont limitées, mais Gilles Delouche espère que la mise en place du système LMD et l’ouverture de parcours professionnalisants vont changer la situation.
Titre: Enseignement et étude de la langue siamoise
Auteur(s): DELOUCHE, Gilles
Durée: 01:43:27
Date de réalisation: 11/10/2004
Lieu de réalisation: INALCO, 2 rue Lille, 75006, Paris, France
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Gilles Delouche, professeur à l’INALCO (Langues’O) et directeur du même établissement de 2001 à 2005, nous présente l’institut des Langues’O, ainsi que l’enseignement de la langue thaïe qu’il y dispense.
Gilles Delouche est professeur à l’Institut National des Langues et Civilisation Orientales (INALCO, ou Langues’O), dont il a été le président entre 2001 et 2005. Dans cet entretien, il commence par nous expliquer les particularités de l’institut, ce qui le rend unique, ainsi que sa mission. Il aborde ensuite les particularités de la langue thaïe, son évolution et sa syntaxe. Enfin, il expose ses méthodes d’enseignements et les différents cours dont il a la charge
Sujet: Les langues du monde
Topique: Thaï (Siamois)
Mots-clés: langue ; thaïe ; évolution ; emprunt ; thaïlande ; enseignement ; syntaxe ; versification ; manuscrit ; ton ;
Localisation spatiale du sujet: Thaïlande
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
La langue thaïe, de la famille tai-kadai, est la langue officielle de la Thaïlande et elle compte plus de 60 millions de locuteurs. L’écriture thaï utilise un alphasyllabaire dérivé du khmer et adapté au système tonal de la langue.
Sujet: Enseignement de langues
Topique: Thaï (Siamois)
Libellé: Enseignement du thaï à l'INALCO
Détail particulier: Syntaxe, versification de la littérature classique, restitution et datation des manuscrits
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
Gilles DELOUCHE présente les différents cours de la filière thaïe dont il a la charge : syntaxe, versification des textes littéraire et reconstruction de manuscrits anciens.
Sujet: Appropriation de langues
Topique: Thaï (Siamois)
Libellé: Apprentissage de la langue thaïe
Mots-clés: langue ; thaï ; thaïlande ; évolution ; emprunt ; syntaxe ; vocabulaire ; phonologie ;
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
L’apprentissage d’une langue va de pair avec l’apprentissage de sa culture, en effet, la linguistique est souvent le reflet du mode de vie des locuteurs d'une langue. La phonologie thaïe comprend des initiales aspirées et non-aspirées, ainsi que des tons, dont l’apprentissage peut également rendre l'étude complexe pour les locuteurs de langues n’ayant pas ses particularités.
Sujet: Cours de langues
Topique: Thaï (Siamois)
Titre: Syntaxe, versification des textes littéraires, restitution et datation de manuscrits anciens siamois
Nom de famille: DELOUCHE
Prénom: Gilles
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
Gilles Delouche enseigne, depuis 1987, à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris. Il a enseigné de 1971 à 1987 à la Faculté des Lettres de l'Université Silpakorn (Thaïlande), dont il est docteur honoris causa. Ses enseignements portent sur l'initiation à la syntaxe, mais surtout sur la versification et sur l'étude des œuvres classiques siamoises, des origines au XVIIe siècle. Il est l'auteur d'une cinquantaine d'articles en français, anglais et thaï, portant essentiellement sur des problèmes de datation et de restitution des manuscrits classiques siamois, ainsi que de travaux sur les origines de la première réalisation de l'unité siamoise dans la première partie de l'époque d'Ayudhya (1350-1656).
Nom: Delouche
Prénom: Gilles
Rôle: Professeur
Appartenance: INaLCO - Institut national des Langues et Civilisations Orientales, France
Fonction: Professeur des Universités
Adresse: Paris, France
Gilles Delouche enseigne, depuis 1987, à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris. Il a enseigné de 1971 à 1987 à la Faculté des Lettres de l'Université Silpakorn (Thaïlande), dont il est docteur honoris causa. Ses enseignements portent sur l'initiation à la syntaxe, mais surtout sur la versification et sur l'étude des œuvres classiques siamoises, des origines au XVIIe siècle. Il est l'auteur d'une cinquantaine d'articles en français, anglais et thaï, portant essentiellement sur des problèmes de datation et de restitution des manuscrits classiques siamois, ainsi que de travaux sur les origines de la première réalisation de l'unité siamoise dans la première partie de l'époque d'Ayudhya (1350-1656).
Nom: Stockinger
Prénom: Peter
Rôle: Intervieweurs
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Fonction: Professeur des universités
Adresse: Paris, France
Peter Stockinger est Professeur des universités à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (I.Na.L.C.O.), Directeur adjoint de la filière "Communication Interculturelle" (F.C.I.) à l'INALCO, et Directeur de l’Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) à la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, France.
Type: Livre
Auteur: Gilles Delouche
DELOUCHE, Gilles. "Le nirat, poème de séparation : étude d'un genre classique siamois", Peerters, Paris, 2003.
Type: Littérature didactique
Auteur: Gilles Delouche
DELOUCHE, Gilles. "Méthode de thaï - volume 1", Asiathèque, Paris, 2009, 224p.
Type: Littérature didactique
Auteur: Gilles Delouche
DELOUCHE, Gilles. "Méthode de thaï - volume 2", Asiathèque, Paris, 2009, 216p.
Type: Exposé(s) spécialisé(s)
Exposé spécialisé sur la langue thaïe et l'enseignement dispensé par Gilles Delouche à l'INALCO
Type: Enseignement supérieur
Public cible: Pour tout public
Entretien susceptible d'interesser les personnes étudiants la langue thaïe.
DELOUCHE, Gilles. « Enseignement et étude de la langue siamoise », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°321, 2004, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/321/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© BILJETINA, Charles, ESCoM-FMSH, Paris, 2004
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© DELOUCHE, Gilles, Professeur des Universités, INALCO, Paris, 2004 © STOCKINGER, Peter, Directeur de l'ESCoM, FMSH, Paris, 2004
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page "
Titre: Analyse générale de l’entretien « Enseignement et étude de la langue siamoise »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRISA, Oriane. «Analyse générale de l’entretien « Enseignement et étude de la langue siamoise » », (Portail ARC, 2014) : http://www.arc.msh-paris.fr/
Id analyse: 85076927-953c-4347-8a37-202a8d54decf
Id vidéo: a138d7d7-c1eb-419e-8bbc-ef64bbd59ef3
Description de l’entretient avec Gilles Delouche sur l’étude et l’enseignement de la langue thaïe et sur les langues’O.