Que savons-nous des Khunnu de Mongolie ?. DESROCHES Jean-Paul « Que savons-nous des Khunnu de Mongolie ? », Archives Rencontre des Cultures (ARC), 1202, 2007, [en ligne]

Chapitre

Titre: Présentation générale
Durée: 00:04:46   [00:00:00 > 00:04:46]
Genre: Extrait de conférence filmée
Langue(s): Français
Jean-Paul Desroches, Conservateur en Chef au Musée Guimet, nous présente ici la civilisation Khunnu et pour laquelle nous possédons des connaissances encore relativement limitées. Le mot « khunnu », nous explique-t-il, est un vocable mongol qui désigne les membres d’une même collectivité humaine et qui est historiquement à l’origine de la plus ancienne confédération étatique connue sur ce territoire. Ce premier empire des steppes s’est étendu du IVe siècle avant notre ère au Ier siècle après notre ère, sur un vaste territoire comparable à celui des Chinois Han (environ 3000 km d’est en ouest et 1000 km du sud au nord). Ils sont connus en français sous le nom de Xiongnu, terme emprunté au chinois et qui signifie Barbares Hurleurs. Il existe deux voies d’approche principale pour étudier les Khunnu : l’espace et le temps. On dispose pour cela de cartes, de textes et de preuves matériels issues de fouilles archéologiques.
Sujet: Peuples du monde
Topique: Khunnu
Détail particulier: Les Khunnu étaient un peuple nomade de Mongolie.
Autre formulation du sujet: Xiongnu
Mots-clés: Khunnu ; Xiongnu ; Nomade ; Mongolie ;
Localisation spatiale du sujet: Mongolie
Localisation temporelle du sujet:
Période du IVe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.
Type: Articles scientifiques
Url: Izabella Horvath
Appreared in: STEREOTYPES IN LITERATURES AND CULTURES. INTERNATIONAL RECEPTION STUDIES (eds. R. Geybullayeva, P. Orte). pp 117-129. Peter Lang, GmbH, Franfurt am Main. 2010
Titre: Situation géographique
Durée: 00:03:47   [00:04:46 > 00:08:33]
Langue(s): Français
La civilisation Khunnu s’étend du nord du bouclier continental, à l’Altaï. Ce territoire comprend des lacs glaciers, des franges semi-arides, ainsi que de steppes boisées, herbeuses ou désertiques. Son profil faunique est donc extrêmement varié et il en va de même pour sa flore. Jean-Paul Desroches cite Sima Qian, historien chinois le plus célèbre et ayant vécu entre le IIe et le Ier siècle avant notre ère. Ce dernier mentionne en effet les Khunnu dans l’un de ses ouvrages, il les décrit comme un peuple nomade vivant principalement de la chasse et de l’élevage.
Sujet: Régions et pays
Topique: Mongolie
Mots-clés: Mongolie ; Asie ; Khunnu ; Xiongnu ; Histoire ;
Localisation temporelle du sujet:
Période du IVe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Explication
La Mongolie est un pays d'Asie situé entre le nord de la Chine et le Sud de la Russie. Ce large territoire qui bénéficie à la fois d'une faune et d'une flore très varié est aujourd'hui célèbre pour avoir donné le jour à Gengis Khan, grand empereur du Xe et du XIe siècle et qui avait conquis tout une partie de l'Asie avant de s'arrêter aux portes de l'Europe. Les peuples qui y vivent sont en général des nomades ou semi-nomades aux origines diverses. Sous la dynastie chinoise Qing, la Mongolie est devenue une province chinoise. Ce n'est qu'en 1945 que sera voté l'indépendance et que la Mongolie redeviendra souveraine.
Titre: Origine des Khunnu
Durée: 00:09:08   [00:08:33 > 00:17:41]
Langue(s): Français
On pense aujourd’hui que les Khunnus étaient issus d’une grande famille de pasteurs d’Eurasie, enfants de la steppe. Certains suggèrent que les changements climatiques intervenus du IIe au Ier millénaire avant notre ère seraient à l’origine de leur mode de vie nomade. L’émergence de la confédération Khunnu a eu deux conséquences politiques : d’une part cela a bousculé les populations locales qui ont été contraintes à émigrer dans d’autres territoires, d’autre part leur présence a infligé une forte pression sur l’empire chinois voisin, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle la construction de la grande muraille a été entreprise. Mais aux alentours du Ier siècle avant notre ère, la civilisation Khunnu a connu un déclin progressif jusqu’à la scission de ses différents chefs, certains pactisant avec les Han. La population Khunnu est éparpillée sur un large territoire et extrêmement diverse, son profil génétique est multiple et ne permet pas d’identifier un type ethnique spécifique. Leurs sépultures sont similaires à celles des autres peuples des steppes, on pense que ce code culturel se serait constitué sur un substrat paléo-iranien d’éleveurs. Des représentations mongoloïdes et europoïdes ont d’ailleurs été retrouvés dans un cimetière Khunnu, ces motifs sont très différents de ce que produisait l’empire chinois, ce qui tend à réfuter un lien ancestral entre les deux, soutenu entre autre par Sima Qian.
Titre: Nécropole de Gol Mod
Durée: 00:11:01   [00:17:41 > 00:28:42]
Langue(s): Français
La nécropole de Gol Mod est un site complexe patrimonial, sur les deux rives de la rivière Khünüin. Il s’agit d’un site ancien où ont été également retrouvés des traces d’utilisations antérieures à la civilisation Khunnu, comme les pierres à cerf qui remonteraient à l’âge du bronze. Le site s’inscrit donc dans une continuité historique. Jean-Paul Desroches y travail en partenariat avec l’Académie des Sciences de Mongolie. L’approche topographique a révélé la présence de 400 tombes creusées sur une période de 2 à 3 siècles et réparties sur trois zones principales : une située au nord, et deux autres en partie sous le sable au centre et au sud. Ce territoire était tout indiqué pour les Khunnu, le sol sableux se creuse facilement, les mélèzes environnant fournissaient le bois nécessaire pour les chambres, quant aux amas rocheux, ils ont permis la construction de deux supers structures. En effet, bien que la majorité des tombes apparaissent sous formes de tertres, deux d’entre elles sont en surface (T1 et T20). Il s’agit d’imposants édifices orientés sud-nord, comportant chacun une terrasse et une allée funéraire.
Sujet: Lieux de référence
Topique: Nécropole de Gol Mod
Mots-clés: Mongolie ; Nécropole ; Cimetière ; Gol Mod ; Khunnu ;
Localisation spatiale du sujet: Mongolie ; Gol Mod, Khairkhan
Localisation temporelle du sujet:
Période du IVe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Description
La nécropole Khunnu de Gol Mod se situe dans la région de Khairkhan en Mongolie. Le site, bien que largement antérieur à cette civilsation, renferme un cimetière Khunnu.
Titre: Fouilles de la tombe T1
Durée: 00:06:43   [00:28:42 > 00:35:25]
Les fouilles de la tombe T1 ont débuté en 2001 et se sont achevées en 2004 avec la reconstruction de la terrasse détruite en 1957. L’allée funéraire de forme trapézoïdale et de 15 mètres de large, monte en plan incliné vers la terrasse sur une distance de 35 mètres. La chambre funéraire se trouve elle à 15 mètres de profondeur sous la terrasse. En creusant, les archéologues ont découvert une succession de couches de pierres et de sable. Parmi ces différentes couches, ils ont mis à jours des objets métalliques qui semblent avoir été brisés intentionnellement. La chambre funéraire en mélèze est constituée de deux chambres extérieures pour les offrandes, et d’une chambre intérieure pour le corps. Les objets retrouvés ont été envoyés au laboratoire Valectra, du groupe EDF-GDF, pour être identifiés et datés. Les textiles ont eux étés envoyés au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France. Quant aux objets en or, ils ont été analysés par le laboratoire du Louvre. Tous les objets ont ensuite été restitués à la Mongolie.
Titre: Fouilles de la tombe T20
Durée: 00:16:10   [00:35:25 > 00:51:35]
Langue(s): Français
Les fouilles de la tombe T20, encore en cours en 2007, ont débuté en 2004. Ses dimensions sont similaires à celles de la tombe T1, en dehors du fait que la chambre se trouve à une plus grande profondeur. Une telle structure a dû nécessiter au moins la participation de 1000 personnes, pendant plus d’un mois, pour la construction seulement. On peut donc estimer, en ajoutant les personnes chargées de faire vivre le campement, qu’ils devaient être entre trois et quatre milles présent sur le campement temporaire. En 2005, les archéologues ont fait appel à l’équipe allemande de l’Université d’Archéologie de Budapest. Parmi les objets et les décors retrouvés, on devine des influences lamaïques et chinoises. Jean-Paul Desroches tente alors d’analyser des médaillons retrouvés sur le site. Il conclut en expliquant que grâce à l’équipe d’archéologues, à l’Académie des Sciences, au Ministères des Affaires Etrangères et aux différents mécénats (Grimaldi Forum et Fondation EDF), ils peuvent aujourd’hui attester que les Khunnu étaient des grands bâtisseurs et des orfèvres hors pairs qui pouvaient rivaliser avec leurs prestigieux voisins, les Han.
Sujet: De l'identité culturelle
Topique: Khunnu
Détail particulier: Peuple nomade de Mongolie.
Fait culturel: Croyances
Localisation spatiale du sujet: Mongolie ; Gol Mod, Khairkhan
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Exposé scientifique
Culture funéraire.

6 chapitres.
  • Extrait de conférence filmée. Jean-Paul Desroches, Conservateur en Chef au Musée Guimet, nous présente ici la civilisation Khunnu et pour laquelle nous possédons des connaissances encore relativement limitées. Le mot « khunnu », nous explique-t-il, est un vocable mongol qui désigne les membres d’une même collectivité humaine et qui est historiquement à l’origine de la plus ancienne confédération étatique connue sur ce territoire. Ce premier empire des steppes s’est étendu du IVe siècle avant notre ère au Ier siècle après notre ère, sur un vaste territoire comparable à celui des Chinois Han (environ 3000 km d’est en ouest et 1000 km du sud au nord). Ils sont connus en français sous le nom de Xiongnu, terme emprunté au chinois et qui signifie Barbares Hurleurs. Il existe deux voies d’approche principale pour étudier les Khunnu : l’espace et le temps. On dispose pour cela de cartes, de textes et de preuves matériels issues de fouilles archéologiques.
  • La civilisation Khunnu s’étend du nord du bouclier continental, à l’Altaï. Ce territoire comprend des lacs glaciers, des franges semi-arides, ainsi que de steppes boisées, herbeuses ou désertiques. Son profil faunique est donc extrêmement varié et il en va de même pour sa flore. Jean-Paul Desroches cite Sima Qian, historien chinois le plus célèbre et ayant vécu entre le IIe et le Ier siècle avant notre ère. Ce dernier mentionne en effet les Khunnu dans l’un de ses ouvrages, il les décrit comme un peuple nomade vivant principalement de la chasse et de l’élevage.
  • On pense aujourd’hui que les Khunnus étaient issus d’une grande famille de pasteurs d’Eurasie, enfants de la steppe. Certains suggèrent que les changements climatiques intervenus du IIe au Ier millénaire avant notre ère seraient à l’origine de leur mode de vie nomade. L’émergence de la confédération Khunnu a eu deux conséquences politiques : d’une part cela a bousculé les populations locales qui ont été contraintes à émigrer dans d’autres territoires, d’autre part leur présence a infligé une forte pression sur l’empire chinois voisin, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle la construction de la grande muraille a été entreprise. Mais aux alentours du Ier siècle avant notre ère, la civilisation Khunnu a connu un déclin progressif jusqu’à la scission de ses différents chefs, certains pactisant avec les Han. La population Khunnu est éparpillée sur un large territoire et extrêmement diverse, son profil génétique est multiple et ne permet pas d’identifier un type ethnique spécifique. Leurs sépultures sont similaires à celles des autres peuples des steppes, on pense que ce code culturel se serait constitué sur un substrat paléo-iranien d’éleveurs. Des représentations mongoloïdes et europoïdes ont d’ailleurs été retrouvés dans un cimetière Khunnu, ces motifs sont très différents de ce que produisait l’empire chinois, ce qui tend à réfuter un lien ancestral entre les deux, soutenu entre autre par Sima Qian.
  • La nécropole de Gol Mod est un site complexe patrimonial, sur les deux rives de la rivière Khünüin. Il s’agit d’un site ancien où ont été également retrouvés des traces d’utilisations antérieures à la civilisation Khunnu, comme les pierres à cerf qui remonteraient à l’âge du bronze. Le site s’inscrit donc dans une continuité historique. Jean-Paul Desroches y travail en partenariat avec l’Académie des Sciences de Mongolie. L’approche topographique a révélé la présence de 400 tombes creusées sur une période de 2 à 3 siècles et réparties sur trois zones principales : une située au nord, et deux autres en partie sous le sable au centre et au sud. Ce territoire était tout indiqué pour les Khunnu, le sol sableux se creuse facilement, les mélèzes environnant fournissaient le bois nécessaire pour les chambres, quant aux amas rocheux, ils ont permis la construction de deux supers structures. En effet, bien que la majorité des tombes apparaissent sous formes de tertres, deux d’entre elles sont en surface (T1 et T20). Il s’agit d’imposants édifices orientés sud-nord, comportant chacun une terrasse et une allée funéraire.
  • Les fouilles de la tombe T1 ont débuté en 2001 et se sont achevées en 2004 avec la reconstruction de la terrasse détruite en 1957. L’allée funéraire de forme trapézoïdale et de 15 mètres de large, monte en plan incliné vers la terrasse sur une distance de 35 mètres. La chambre funéraire se trouve elle à 15 mètres de profondeur sous la terrasse. En creusant, les archéologues ont découvert une succession de couches de pierres et de sable. Parmi ces différentes couches, ils ont mis à jours des objets métalliques qui semblent avoir été brisés intentionnellement. La chambre funéraire en mélèze est constituée de deux chambres extérieures pour les offrandes, et d’une chambre intérieure pour le corps. Les objets retrouvés ont été envoyés au laboratoire Valectra, du groupe EDF-GDF, pour être identifiés et datés. Les textiles ont eux étés envoyés au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France. Quant aux objets en or, ils ont été analysés par le laboratoire du Louvre. Tous les objets ont ensuite été restitués à la Mongolie.
  • Les fouilles de la tombe T20, encore en cours en 2007, ont débuté en 2004. Ses dimensions sont similaires à celles de la tombe T1, en dehors du fait que la chambre se trouve à une plus grande profondeur. Une telle structure a dû nécessiter au moins la participation de 1000 personnes, pendant plus d’un mois, pour la construction seulement. On peut donc estimer, en ajoutant les personnes chargées de faire vivre le campement, qu’ils devaient être entre trois et quatre milles présent sur le campement temporaire. En 2005, les archéologues ont fait appel à l’équipe allemande de l’Université d’Archéologie de Budapest. Parmi les objets et les décors retrouvés, on devine des influences lamaïques et chinoises. Jean-Paul Desroches tente alors d’analyser des médaillons retrouvés sur le site. Il conclut en expliquant que grâce à l’équipe d’archéologues, à l’Académie des Sciences, au Ministères des Affaires Etrangères et aux différents mécénats (Grimaldi Forum et Fondation EDF), ils peuvent aujourd’hui attester que les Khunnu étaient des grands bâtisseurs et des orfèvres hors pairs qui pouvaient rivaliser avec leurs prestigieux voisins, les Han.
Titre: Que savons-nous des Khunnu de Mongolie ?
Sous-titre: Conférence de Jean-Paul DESROCHES
Auteur(s): DESROCHES Jean-Paul « Que savons-nous des Khunnu de Mongolie ? », Archives Rencontre des Cultures (ARC), 1202, 2007, [en ligne]
Durée: 00:51:35
Date de réalisation: 29/03/2007
Lieu de réalisation: Musée national des Arts asiatiques Guimet 6 place d’Iéna 75116 Paris
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Jean-Paul DESROCHES est conservateur général du patrimoine et travaille depuis trente ans au Musée national des Arts Asiatiques Guimet. Titulaire pendant 19 ans de la chaire des Arts de l'Extrême-Orient à l'Ecole du Louvre, il s'est engagé également sur le terrain. A ce titre, depuis 2000, il dirige la Mission archéologique française en Mongolie, qui fouille la nécropole aristocratique de Gol Mod, l'un des principaux sites khunnu au cœur de la province d'Arkhangaï et qu'il vient présenter lors de cette conférence.
Sujet: Discipline/approche SHS
Topique: Anthropologie
Discipline(s), approche(s): Histoire des cultures
Libellé: Civilisation Khunnu
Détail particulier: Peuple nomade de Mongolie.
Mots-clés: Archéologie ; Histoire ; Peuple ; Mongolie ; Nomade ; Khunnu ;
Localisation spatiale du sujet: Mongolie
Localisation temporelle du sujet:
Période du IVe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Exposé spécialisé
Sujet: Peuples du monde
Topique: Khunnu
Détail particulier: Peuple nomade de Mongolie ayant vécu entre le IVe siècle avant notre ère et le Ier siècle de notre ère.
Autre formulation du sujet: Xiongnu
Mots-clés: Peuple ; Khunnu ; Xiongnu ; Mongolie ; Nomade ;
Localisation spatiale du sujet: Mongolie
Localisation temporelle du sujet:
Période du IVe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Exposé spécialisé
Sujet: Régions et pays
Topique: Mongolie
Mots-clés: Pays ; Asie ; Mongolie ; Nomade ; Steppes ;
Aspects rhétoriques et discursifs: Exposé scientifique
La Mongolie est un pays d'Asie situé entre le nord de la Chine et le Sud de la Russie. Ce large territoire qui bénéficie à la fois d'une faune et d'une flore très varié, est aujourd'hui célèbre pour avoir donné le jour à Gengis Khan, grand empereur du Xe et XIe siècle qui avait conquis tout une partie de l'Asie avant de s'arrêter aux portes de l'Europe. Les peuples qui y vivent sont en général des peuples nomades ou semi-nomades aux origines diverses. Sous la dynastie chinoise Qing, la Mongolie est devenue une province chinoise. Ce n'est qu'en 1945 que sera voté l'indépendance et que la Mongolie redeviendra souveraine.
Sujet: Lieux de référence
Topique: Nécropole de Gol Mod
Mots-clés: Gol Mod ; Mongolie ; Asie ; Nécropole ; Cimetière ; Site Archéologique ;
Localisation spatiale du sujet: Mongolie ; Gol Mod, Khairkhan
Aspects rhétoriques et discursifs: Explication ; Exposé scientifique
La nécropole de Gol Mod est site ancien de Mongolie. Bien que les fouilles archéologiques qui s'y déroulent se concentrent sur le cimetière Khunnu, il s'agit d'un site encore plus ancien, comme en témoignent les pierres à cerf retrouvées sur les lieux.
Nom: DESROCHES
Prénom: Jean-Paul
Rôle: Conférenciers
Appartenance: Musée Guimet, France
Fonction: Directeur de la mission archéologique française en Mongolie
Adresse: Paris, France
Jean-Paul DESROCHES est conservateur général du patrimoine et travaille depuis trente ans au Musée national des Arts asiatiques Guimet. Titulaire pendant 19 ans de la chaire des Arts de l'Extrême-Orient à l'Ecole du Louvre, il s'est engagé également sur le terrain. A ce titre, depuis 2000, il dirige la Mission archéologique française en Mongolie, qui fouille la nécropole aristocratique de Gol Mod, l'un des principaux sites khunnu au cœur de la province d'Arkhangaï. Il est vice président du " Mongol Cultural Heritage " et docteur honoris Causa de l'Université de Oulan-Bator
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Nom: STOCKINGER
Prénom: Peter
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Adresse: Paris, France
Peter Stockinger est Professeur des universités à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (I.Na.L.C.O.), Directeur adjoint de la filière "Communication Interculturelle" (F.C.I.) à l'INALCO et Directeur de l’Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) à la Maison des Sciences de l’Homme.
Type: Exposé(s) spécialisé(s)
Jean-Paul Desroches présente l'état des connaissances scientifiques sur la civilisation Khunnu.
Type: Contexte "Divertissement"
Public cible: Pour tout public
Cette vidéo est susceptible d'intéresser toutes personnes portant un intérêt particulier à l'histoire.
Type: Enseignement supérieur
Public cible: Pour spécialistes
Cette vidéo peut compléter un cours sur l'histoire de l'Asie, ou plus précisément de la Mongolie.
Type: Image fixe
Plusieurs cartes de Mongolie ainsi que des coupes architecturales des tombes Khunnu sont diffusées pendant la conférence.
Type: Photos
Plusieurs photos de paysage en Mongolie et d'objets archéologiques Khunnu sont diffusées pendant la conférence.
DESROCHES Jean-Paul « Que savons-nous des Khunnu de Mongolie ? », Archives Rencontre des Cultures (ARC), 1202, 2007, [en ligne]. URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1202/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© FILLON, Richard, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2007 © STOCKINGER, Peter, Directeur, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2007
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© DESROCHES, Jean-Paul, Conservateur en chef, Musée Guimet, Paris, France, 2007
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Lien: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse générale d’une conférence sur les Khunnu
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRISA, Oriane. « Analyse générale d’une conférence sur les Khunnu » (Portail ARC, 2015) : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1202/
Id analyse: c4fbdc5c-5de3-41db-9b3b-eeda0ec75aa1
Id vidéo: dfe9be9f-6d0d-4145-b7fb-566a5384cf8d
Analyse thématique d’une conférence sur l’état de nos connaissances concernant la civilisation Khunnu.